ACRE : un précieux soutien pour créer sa micro-entreprise

Créer sa propre entreprise est un rêve pour de nombreux Français. Cependant, la peur des difficultés financières et des démarches administratives peut parfois freiner les plus audacieux. Heureusement, il existe une aide précieuse pour les futurs auto-entrepreneurs : l’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise). Dans cet article, nous vous proposons de découvrir en détail cette aide, ses conditions d’accès et ses avantages.

Qu’est-ce que l’ACRE ?

L’ACRE, anciennement appelée ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise), est une aide financière destinée à soutenir les créateurs ou repreneurs d’entreprise en France. Cette mesure vise à faciliter le démarrage de l’activité en allégeant les charges sociales qui pèsent sur le travailleur indépendant.

Pour bénéficier de l’ACRE, il faut remplir certaines conditions liées au statut du demandeur. Par exemple, il faut être demandeur d’emploi indemnisé ou non indemnisé, bénéficiaire du RSA (Revenu de Solidarité Active) ou encore jeune entre 18 et 25 ans révolus non indemnisés par Pôle emploi. Vous pouvez consulter la liste complète des critères d’éligibilité sur le site officiel de l’Urssaf.

Les avantages de l’ACRE pour les micro-entrepreneurs

L’ACRE offre plusieurs avantages aux créateurs ou repreneurs d’entreprise. Le principal bénéfice est une exonération partielle des cotisations sociales durant les premières années d’activité. Depuis le 1er janvier 2020, cette exonération s’étend sur une période d’un an et permet de réduire considérablement les charges liées à l’activité.

Prenons un exemple concret : un micro-entrepreneur exerçant une activité commerciale sans l’ACRE doit payer environ 12,8 % de cotisations sociales sur son chiffre d’affaires. Avec l’aide de l’ACRE, ce taux passe à 6,4 % pendant la première année. Cela représente une économie significative pour le travailleur indépendant qui démarre son activité.

Outre cette exonération, l’ACRE permet également aux bénéficiaires de bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans leurs démarches administratives et dans le développement de leur entreprise. Des formations et des conseils sont ainsi proposés pour aider les nouveaux entrepreneurs à pérenniser leur activité.

Comment obtenir l’ACRE ?

La demande d’ACRE doit être effectuée auprès de la Sécurité sociale pour les indépendants (SSI) ou de l’Urssaf, selon le statut du demandeur. Pour cela, il faut remplir un dossier de demande d’aide (formulaire Cerfa n°13584*02) et fournir les pièces justificatives nécessaires.

Il est important de noter que la demande doit être effectuée dans les 45 jours suivant la création ou la reprise de l’entreprise. Passé ce délai, l’ACRE ne pourra plus être accordée. Une fois le dossier complet déposé, il faut compter environ un mois pour obtenir une réponse favorable ou défavorable de l’organisme compétent.

Les conditions à respecter pour bénéficier de l’ACRE

Pour continuer à bénéficier de l’ACRE, le micro-entrepreneur doit respecter certaines conditions au cours de son activité. Tout d’abord, il doit déclarer régulièrement son chiffre d’affaires, selon la périodicité choisie (mensuelle ou trimestrielle). Ensuite, il doit payer ses cotisations sociales et fiscales dans les délais impartis.

Enfin, le bénéficiaire de l’ACRE doit s’assurer de ne pas dépasser les seuils de chiffre d’affaires applicables aux micro-entreprises. Pour rappel, ces seuils sont fixés à 176 200 euros pour les activités commerciales (vente de marchandises) et à 72 500 euros pour les prestations de services et les professions libérales.

En cas de non-respect des conditions énoncées ci-dessus, l’aide peut être suspendue voire supprimée. Il est donc essentiel pour le micro-entrepreneur de bien se renseigner sur ses obligations et de les respecter scrupuleusement.

ACRE : un dispositif efficace pour soutenir les micro-entrepreneurs

Selon une étude réalisée par l’Insee en 2017, 60 % des entreprises créées avec l’aide de l’ACRE sont toujours en activité après trois ans, contre 50 % pour celles qui n’ont pas bénéficié de cette aide. Ces chiffres témoignent de l’efficacité du dispositif, qui permet aux nouveaux entrepreneurs de démarrer leur activité dans de meilleures conditions financières et administratives.

De plus, l’exonération partielle des cotisations sociales et l’accompagnement personnalisé offerts par l’ACRE favorisent la pérennité des entreprises créées. En effet, ces aides permettent aux travailleurs indépendants de mieux anticiper leurs charges et d’être mieux préparés à faire face aux aléas de la vie entrepreneuriale.

Ainsi, l’ACRE s’avère être un précieux soutien pour les porteurs de projet souhaitant créer leur micro-entreprise. Si vous êtes concerné par ce dispositif, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des organismes compétents et à effectuer votre demande dans les délais impartis.