Des questions se soulèvent actuellement, en période de forte volatilité des marchés. Des investisseurs cherchent à acheter des actions en vente ou à éviter de nouvelles pertes dans leur portefeuille. Toutefois, il s’agit d’une question posée de différentes manières, à savoir : « Dois-je essayer de synchroniser le marché boursier ? »

La difficulté d’agir de manière cohérente sur le long terme

Les portefeuilles gérés activement par des professionnels obtiennent de moins bons résultats qu’une stratégie d’achat et de conservation diversifiée. Pour aggraver les choses, ils ont des coûts plus élevés, ce qui ne fait qu’exacerber la sous-performance. Ce sont des experts qui ne peuvent pas battre les rendements du marché en essayant de synchroniser la bourse. Un investisseur individuel, sans expérience dans le domaine de la finance et des technologies puissantes, est encore plus désavantagé. Des centaines d’investisseurs individuels tentent de le faire au fil des ans, et cela se passe bien à long terme.

Le coût très élevé

En fonction de ce qu’on négocie et de l’endroit, on peut avoir à supporter des coûts de transaction à chaque fois qu’on effectue un changement. Si on utilise des ETF, on devra également faire face à l’écart, chaque fois qu’on veut acheter et vendre. Il s’agit de la différence entre le prix d’achat et le prix de vente. Ce coût de liquidité peut s’accumuler à long terme, notamment sur les grosses transactions. En utilisant des fonds communs de placement, beaucoup d’entre eux comportent des frais de rachat, à court terme, supplémentaires. Ils seront facturés si on ne conserve pas le fonds assez longtemps.

Des désavantages fiscaux

Sur un compte imposable, on pourra avoir des avoirs à court terme. Ils sont imposés à un taux plus élevé que tout ce qui est détenu pendant plus d’un an. Les tranches d’imposition changent d’une année à l’autre, mais on peut payer des impôts élevés sur les plus-values à long terme. Ils peuvent aller jusqu’à 20 % pour les ménages à revenus élevés. Pourtant, ils pourront également descendre jusqu’à 0 % si les revenus sont inférieurs au seuil. Les plus-values à court terme sont imposées au taux ordinaire du revenu. Ce dernier est toujours plus élevé que les taux fixes des plus-values à long terme.

Plus de temps et plus de stress

On est plus susceptible de faire un mauvais investissement qu’un bon, en essayant de prévoir les futurs cours des actions. Il y a tellement de décisions à prendre. Les stratégies de trading compliquées, qui ont peu de chances de fonctionner, ne font qu’ajouter du stress. En essayant de prévoir le marché boursier, on devra en fait avoir raison deux fois pour que cela soit payant. Il faut avoir raison au moment d’acheter, puis au moment de vendre. Il peut en résulter :

  • Une décennie d’opportunités manquées
  • Un résultat bien pire que si on avait résisté à la tempête